Abécédaire

Abécédaire

en

périnatalité

 

 

Rédigé par Coralie PAPON, sage-femme

Marion Truchot, sage-femme

Hélène Racana, sage-femme

Corinne Boccon, Sage-femme puéricultrice

 

 : bébé                      : femme enceinte

 

 

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M

 

N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

 

 

-  A  -

Accouchement : aboutissement de la grossesse avec la naissance du . Comporte 3 phases :

-        la dilatation du col (avec les contractions utérines) : c’est le travail d’accouchement,

-        l’expulsion c'est-à-dire la naissance du ,

-        la délivrance (expulsion du placenta).

 

Actim Prom : test cherchant à confirmer une rupture de la poche des eaux. Ce test n’est pas fiable à 100% notamment en cas de saignement.

 

Albumine : une des protéines présente dans le sang, produites par le foie. Elle est indispensable pour la bonne répartition des liquides entre les vaisseaux sanguins et les tissus.

 

Albuminurie : présence de protéine en trop grande quantité dans les urines (on parle aussi de protéinurie).

 

Amniocentèse : geste chirurgicale qui consiste à retirer, à l’aide d’une aiguille, un peu de liquide amniotique. Grâce à cet examen, les médecins peuvent rechercher certaines anomalies du  (notamment au niveau de ses chromosomes).

 

Anémie : taux d’hémoglobine faible dans le sang (<10,5 g/dl). Cela se traduit surtout par de la fatigue, un rythme des battements du cœur plus rapide, une pâleur, un essoufflement… La cause est souvent un léger manque en fer pendant la grossesse (un traitement par fer est alors instauré) ou des saignements trop importants lors de l’accouchement. Le plus souvent un traitement sous la forme de comprimés de fer suffit. Les transfusions sanguines sont désormais rares.

 

Anesthésie péridurale : anesthésie locorégionale : elle insensibilise une partie du corps seulement. Réalisée dans le dos lors de l'accouchement, la péridurale anesthésie les nerfs situés au niveau de l'utérus, du plancher pelvien et du périnée. Elle permet de soulager la douleur au moment du travail tout en permettant à la , qui perçoit les contractions, de continuer à pousser efficacement. Cette dernière reste consciente et conserve une mobilité relative au niveau des jambes. Elle permet aussi de faire une césarienne tout en laissant la maman éveillée, et évite d’avoir recours à l’anesthésie générale.

 

Anneau vaginal contraceptif : contraceptif hormonal consistant en un anneau en plastique contenant des hormones (œstrogènes et progestatifs). Placé dans le vagin pendant 3 semaines, il délivre des hormones permettant une contraception efficace. Après les 3 semaines, il doit être retiré. Les règles surviennent après le retrait. Puis, il faut introduire un nouvel anneau pour les 3 semaines suivantes [3 semaines avec un anneau, 1 semaine sans anneau, 3 semaines avec anneau, etc.].

https://www.auvergne-perinat.org/pls/AGDF_IMG/docs/3223

Avortement : (voir Fausse couche, Interruption médicale de la grossesse, et Interruption volontaire de la grossesse)

 

 

 

-  B  -

 

Baby blues : perturbation de l’humeur et de l’émotion qui survient entre le 3ème et le 5ème jour après l’accouchement chez 30 à 80 % des femmes ayant accouché. La résolution de ce trouble est le plus souvent spontanée, la patiente récupère intégralement.

 

Bandelette urinaire : examen simple, consistant à tremper dans les urines une bandelette qui permet de mettre en évidence la présence en trop quantité anormale de sucre, de protéines…etc.

 

Bilirubine : substance produite par la destruction des globules rouges du sang. C’est elle qui pigmente les conjonctives et la peau en jaune. Cette coloration jaune se nomme ictère (ou jaunisse) chez le .

 

Biométries : mesures réalisées sur le  durant les échographies et après la naissance. Elles permettent d’estimer la bonne croissance du  en retranscrivant ces mesures sur des courbes. On peut alors savoir si le  est dans la norme ou s’il a des mesures inférieures ou supérieures à la moyenne des  du même âge.

 

Bouchon muqueux : substance glaireuse produite dans le conduit du col utérin durant la grossesse. En fin de grossesse, il peut s’évacuer spontanément. Il entraîne quelques pertes marron, glaireuses et peu abondantes.

 

 

 

-  C  -

 

Candida albicans : champignon responsable des mycoses s’il est présent en trop grande quantité. Les mycoses sont fréquentes chez la femme enceinte. Elles génèrent parfois un prurit gênant sans gravité.

 

Carnet de santé : document remis à la sortie de la maternité, comportant les données médicales de l’enfant (courbes de croissance, examens, vaccinations, etc.).  Il ne peut être consulté que par des professionnels de la santé.

 

Cerclage du col : les femmes enceintes ayant des malformations utérines ou des antécédents d’avortements spontanés tardifs, peuvent bénéficier de ce geste chirurgical afin de lutter contre la béance du col utérin si elle existe. C’est un geste rarement réalisé actuellement.

 

Césarienne : intervention chirurgicale permettant la naissance du . Elle consiste à faire une incision de l’abdomen (au niveau des poils du pubis) et de l’utérus afin de sortir le .

 

Choriocentèse : prélèvement de villosités choriales ou de placenta afin de rechercher des anomalies surtout chromosomiques chez le .

 

Clarté nucale : mesure de l’épaisseur de la nuque du  à l’échographie du premier trimestre. Cette mesure est un bon indicateur du risque d’anomalie chromosomique (notamment la trisomie 21).

 

 

Col : portion du bas de l’utérus qui déborde dans le vagin. Il forme un cylindre dont l’orifice intra-utérin est nommé « orifice interne » et l’orifice dans le vagin « orifice externe ». Le col est facilement accessible lors d’un examen médical (toucher vaginal, frottis du col…)

 

https://www.auvergne-perinat.org/pls/AGDF_IMG/docs/3225

 

 

Chez la femme enceinte, sous la force exercée par les contractions utérines et la pression de la tête du , le col se modifie pendant le travail d’accouchement.

-          Pendant la grossesse, le col est ferme, puis devient de plus en plus mou en fin de grossesse.

-          Long pendant la grossesse, il perd toute cette longueur pour devenir effacé vers la fin du travail d’accouchement.

-          Il change de position. Pendant la grossesse il est souvent « postérieur ». Lors du travail, il va devenir intermédiaire puis antérieur.

-          Il se dilate. La sage femme parle de « doigts » puis de centimètres lors de son examen. Pour que le  puisse naître, il faut arriver à 10 cm (dilatation complète).

Ces modifications peuvent apparaître durant la grossesse. Si des contractions utérines régulières entrainent ces modifications assez rapidement, on peut parler du début de travail d’accouchement ou de menace d’accouchement prématuré, selon le terme de la grossesse.

 

Colostrum : lait sécrété en fin de grossesse et dans les premiers jours (3 à 4) suivant la naissance. De couleur jaunâtre, il est très riche en protéines et anticorps indispensables à l'immunisation du .

 

Congés parentaux :

 

-          Congé de maternité : droit de toute  salariée. Période indemnisée d’arrêt de travail de la femme dont la durée avant et après l’accouchement dépend du nombre d’enfants nés et à naître. Les semaines non prises avant la grossesse peuvent être reportées après la naissance.

-          Congé de paternité : Congé accordé au père, quel que soit le lieu de naissance de l’enfant ou la situation familiale des parents (mariage, PACS…).

 

Congestion mammaire : engorgement consécutif à un œdème et à une inflammation du sein.

 

Cordocentèse : prélèvement de sang fœtal au niveau d’un vaisseau du cordon ombilical pendant la grossesse. Cet examen est actuellement rarement réalisé. Il est réalisé comme l’amniocentèse, avec une aiguille qui est guidée sous contrôle échographique et qui va ponctioner le cordon ombilical.

 

 

 

-  D  -

 

 

Déclaration de grossesse : doit être effectuée avant 14 semaines de grossesse. C’est à l’occasion de la première consultation prénatale, suivant en général la première échographie, que le médecin ou la sage-femme notifie le début de grossesse sur un document spécifique. Un feuillet est à transmettre à la Caisse d’Allocations Familiales, l’autre étant pour la caisse d’assurance maladie.

 

Déclenchement artificiel du travail d’accouchement : l'ensemble des méthodes permettant de mûrir le col pour aboutir à la naissance du , sans attendre la mise en route spontanée de l'accouchement.

 

Délivrance : dernière phase du travail d’accouchement. Correspond à l’expulsion du placenta.

 

Dextro : dosage du taux de sucre dans le sang. Dosage réalisé par une petite piqûre (souvent au bout du doigt chez l’adulte et au talon chez les ) permettant le recueil d’une goutte de sang pour l’analyse instantanée du taux de sucre.

 

Diabète gestationnel : élévation anormale du taux de sucre dans le sang maternel, apparaissant à l’occasion d’une grossesse.

 

 

 

-  E  -

 

ECBU : examen des urines (étude cytobactériologique urinaire), réalisé au laboratoire, qui permet la recherche de bactéries, responsables d’une infection urinaire.

 

Echographie : technique d'imagerie employant des ultrasons. Permet de visualiser le  dans le ventre de la mère durant la grossesse. C’est un examen totalement indolore pour le fœtus comme pour la mère.

3 échographies sont conseillées pendant la grossesse :

 

§  Vers 12-13 SA (et 6 jours): elle permet d’apprécier la bonne implantation du fœtus dans l’utérus et de confirmer le début de grossesse estimé par la date des dernières règles. C’est aussi au cours de cette échographie que la nuque est mesurée (indicateur de risque de trisomie 21).

 

§  Vers 20 SA-25 SA : elle permet d’apprécier la bonne croissance du  , et de rechercher des éventuelles anomalies chez le bébé.

 

https://www.auvergne-perinat.org/pls/AGDF_IMG/docs/3268 Bouche et nez à l’échographie

 

§  Vers 30-35 SA : elle permet de déterminer la position et les mensurations du  dans l’utérus, la position du placenta, le bien-être du .

 

Ectropion : éversion de la muqueuse se trouvant à l’intérieur du col utérin, vers l’extérieur de celui-ci. Il est visible lors de l’examen sous spéculum. C’est indolore et bénin. Il peut seulement être responsable de petits saignements pendant la grossesse notamment lors des rapports sexuels.

 

Embolisation vasculaire : intervention réalisée par un radiologue, lorsqu’une hémorragie de la délivrance se produit et est trop importante malgré la prise en charge par l’obstétricien (révision utérine…). Elle consiste à obstruer certains vaisseaux irrigant l’utérus qui saigne.

 

Embryon : nom donné au produit de la conception (bébé), pendant les 3 premiers mois de la grossesse.

Entretien précoce : entretien proposé aux  en début de grossesse par un professionnel de la santé. Il permet entre autre l’élaboration d’un projet de naissance.

 

Episiotomie : acte chirurgical consistant à inciser le périnée au moment de l'accouchement, afin de laisser passer le . Cet acte s’effectue avec des ciseaux, durant une contraction utérine et une poussée ce qui permet de rendre le geste non douloureux car les tissus sont étirés. La suture de l’épisiotomie se fait immédiatement après l’accouchement (après la délivrance) et est réalisée avec des points résorbables (qui tomberont tout seul).

Cet acte N’EST PAS SYSTEMATIQUE, il est réalisé seulement lorsque le bébé n’a pas suffisamment de place pour sortir et/ou qu’il y a un risque important de déchirure grave du périnée.

 

Escherichia coli : bactérie. Ce germe est souvent retrouvé dans les infections urinaires de la femme enceinte.

 

Extraction instrumentale : naissance réalisée avec l’aide d’instruments obstétricaux, tels que les forceps, les spatules et la ventouse.

 

 

 

-  F  -

 

Fausse couche spontanée (ou avortement spontané): interruption spontanée précoce de la grossesse avant que le fœtus ne soit « viable ».

Faux travail : survenue de contractions utérines régulières et intenses mais qui ne modifient pas le col. Elles n’enclenchent donc pas le début réel du travail d’accouchement. Souvent, un médicament est donné à la  pour calmer ces contractions inefficaces.

 

Fécondation : Union d’un gamète mâle (spermatozoïde) et d’un gamète femelle (ovule) avec formation d’un œuf (zygote).

 

Fibrome utérin: tumeur bénigne de l’utérus constituée de tissu musculaire et fibreux fréquemment rencontrée chez les femmes de plus de 35 ans.

 

Fœticide : geste réalisé quelquefois lors d’une interruption médicale tardive volontaire de grossesse. Il consiste à injecter au  (injection faite dans le cordon ombilical) un anesthésiant pour qu’il s’endorme, puis, faire que son cœur cesse de battre. C’est un geste qui permet d’accompagner doucement vers la mort le foetus ayant des malformations qui ne lui permettraient pas de survivre, dans de bonnes conditions, après la naissance.

 

Fœtus : Nom donné au produit de la conception (bébé) après le 3ème mois de la vie utérine.

 

Fontanelles : espaces membraneux compris entre les os (non encore soudés) du sommet du crâne du  (espaces paraissant assez mous au toucher).

 

Forceps : instrument composé de 2 cuillères réunies en leur milieu. Le médecin les utilise pour dégager plus rapidement la tête du  et accélérer la naissance. On peut les comparer à de grandes cuillères à salade en métal. En réalité, elles entourent la tête du  sans la comprimer. Il en existe différents types.

 

Frottis cervico vaginal : test qui permet de dépister les anomalies au niveau des cellules du col de l’utérus afin de prévenir le développement du cancer du col de l’utérus. Il est réalisé par le médecin, le biologiste ou la sage-femme. Après la mise en place d’un spéculum, des prélèvements du col sont réalisés et étalés sur des lames qui iront au laboratoire.

 

Funneling : protrusion importante des membranes amniotiques au niveau de l’orifice interne du col utérin.

 

 

 

-  G  -

 

Glycosurie : présence de sucre dans les urines (recherche faite par une bandelette urinaire).

 

Grossesse extra-utérine : implantation de l’embryon en dehors de la cavité de l’utérus. La grossesse ne

se développe pas dans l’utérus.

 

Groupe sanguin : peut être A, B, O, ou AB ; le Rhésus est positif ou négatif.

 

« Guthrie » : test de dépistage de maladies (phénylcétonurie, hypothyroïdie, hyperplasie congénitale des surrénales, drépanocytose et mucoviscidose) effectué le 3ème jour de vie chez tous les  durant le séjour en maternité. Ce test est réalisé sur quelques gouttes de sang prélevées par piqûre au talon (ou lors d’une prise de sang du bébé) et recueillies sur une bandelette de papier buvard. Le consentement parental est obligatoire. Les résultats ne sont communiqués qu’en cas de résultats douteux ou anormaux.

 

 

 

-  H  -

 

Hauteur utérine : mesure, pendant la grossesse, de la hauteur de l’utérus grâce à un mètre ruban, en partant du niveau sus pubien jusqu’au fond utérin. Aide à surveiller la bonne croissance du .

 

Hématome rétroplacentaire : formation d’un hématome (amas de sang) derrière le placenta. Il peut être la cause de saignements pendant la grossesse. Ses conséquences peuvent être graves pour la maman et le bébé (mort fœtale in utero).

 

Hémorragie de la délivrance : saignement trop important (> 500 ml) dans les suites immédiates de la naissance.

 

Hémorroïdes : dilatation et inflammation des veines hémorroïdaires qui sont présentes au niveau des muqueuses de l'anus et de la partie basse du rectum. Elles sont fréquemment retrouvées pendant la grossesse et l’accouchement.

 

Hydramnios : quantité de liquide amniotique supérieure à la normale.

 

Hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO) : examen permettant de diagnostiquer un diabète gestationnel en dosant le taux de sucre dans le sang (après généralement un test de O’Sullivan anormal). Il comporte plusieurs étapes :

-          Une prise de sang à jeun

-          Ingestion d’une solution de 100 g de glucose (sucre)

-          Une prise de sang 1 heure après (H1)

-          Une prise de sang à H2

-          Une prise de sang à H3

Si un seul résultat est anormal, on parle d’intolérance aux hydrates de carbone et si deux résultats, au moins, sont > à la normale, on pourra parler de diabète gestationnel. Le médecin verra alors avec la  pour faire un suivi de ce diabète qui peut avoir un retentissement chez le bébé.

 

Hypertension artérielle : élévation permanente des chiffres de la tension artérielle au dessus de 14/9 (lors de la grossesse). Il en existe différents types. Elle peut être  néfaste pour le bébé.

 

Hyperthermie : fièvre ; température >38°C

 

Hypotrophique : un bébé hypotrophique est un bébé dont le poids de naissance est inférieur à la normale pour le terme (à terme < 2800g).

 

 

 

-  I  -

 

Ictère ou jaunisse : coloration jaune de la peau et des muqueuses (yeux…). Cette coloration est due à l'accumulation de bilirubine (molécule créée par la dégradation normale de l’hémoglobine chez le nouveau-né). L’ictère est très fréquent chez le  durant le séjour à la maternité. Son traitement peut consister à mettre le  sous une lampe bleue qui permet l’élimination de la bilirubine et donc de faire disparaître cette coloration. On parle de photothérapie. Sa présence peut nécessiter de prolonger le séjour en maternité.

 

IMG : interruption médicale de grossesse. C’est un arrêt volontaire de la grossesse, autorisé par un centre de diagnostic prénatal agréé et réalisé à la demande de la femme, lorsqu’une malformation ou un problème de santé du fœtus est incompatible avec la vie de l’enfant à naître ou lorsque la poursuite de la grossesse met en danger la future mère.

 

Implant contraceptif : bâtonnet de 4 cm de long et 2 mm de large, contenant une hormone progestative. Il est implanté sous la peau sur le bras (au dessus du coude) par un médecin. La peau est tout d’abord anesthésiée. Il peut-être gardé en place pendant 3 ans. Il y a une libération continue d’hormones qui permettent une contraception efficace. L’effet est réversible au retrait.

 

https://www.auvergne-perinat.org/pls/AGDF_IMG/docs/3270

 

Indemnités journalières : sommes versées pour compenser la perte de salaire, pendant un arrêt de travail, en cas de maladie, de maternité, de paternité, d’accident du travail, ou de maladie professionnelle.

 

Infection nosocomiale : une infection est dite nosocomiale ou hospitalière, si elle se déclare au-delà des 48 heures suivant l'admission à l’hôpital.

 

IVG : interruption volontaire de grossesse. On emploie cette expression pour désigner une interruption de grossesse effectuée à la demande d'une femme non désireuse de sa grossesse. Cette IVG n’est autorisée que jusqu’à 14 semaines d’aménorrhée (ou 12 semaines de grossesse).

 

 

 

-  L  -

 

 

Leucorrhées : pertes vaginales fréquentes pendant la grossesse. Elles sont souvent physiologiques (normales) pendant la grossesse et de couleur blanchâtre mais peuvent être anormales en cas d’infection ; elles changent alors d’aspect (malodorantes, verdâtres…).

 

Liquide amniotique : liquide dans lequel baigne le  durant la grossesse.

 

Listériose : maladie due à la bactérie qui est largement répandue dans la nature; on la retrouve dans le sol, l’eau, les fruits, les légumes, le lait, les fromages, les excréments. Chez l’homme, le risque est surtout d’origine alimentaire et concerne les viandes crues, les fruits de mer, le lait cru, certains fromages au lait cru. Chez le sujet bien-portant l’infection est bénigne (signes de rhino-pharyngite avec fièvre) et reste souvent inaperçue. En revanche, les  et les  sont plus gravement atteints (risque d’accouchement prématurés ou d’avortement tardif). Il existe un traitement antibiotique.

 

Lochies : saignements du début du post-partum (période qui suit l'accouchement). Ils vont durer une quinzaine de jours avant de se tarir. On parle aussi d'écoulement vulvaire. Les lochies sont composées de caillots de sang, de débris de membrane placentaire et des suintements des plaies du vagin et du col de l'utérus. Pendant les trois ou quatre premiers jours, ces saignements seront probablement d'une importance supérieure ou comparable à celle des règles et auront une couleur rouge vif. Ils deviennent ensuite moins abondants, s'éclaircissent et peuvent se poursuivre encore un mois. Les lochies disparaissent en général plus rapidement chez les femmes qui allaitent

 

Lymphangite mammaire : inflammation du sein qui peut se produire durant l’allaitement maternel. Son traitement est simple, il faut vider le sein très régulièrement.

 

 

 

-  M  -

Macrosomie : pendant la grossesse, un  dit macrosome est un  qui a des mesures à l’échographie qui sont > à la norme des  de son âge (soit > 97e p). Si un  est dit macrosome à la naissance, c’est qu’il pèse généralement plus de 4 kg, à terme.

 

Manning : examen échographique réalisé (de manière non systématique) pendant la grossesse pour évaluer, grâce à plusieurs critères (quantité du liquide amniotique, mouvements respiratoires du fœtus…), le bien-être, la vitalité du .

 

Marqueurs sériques : test sanguin dont la femme peut bénéficier au début de la grossesse. Ce test a pour objectif d'évaluer le risque de trisomie 21. Ce test ne permet donc pas, à lui seul, de diagnostiquer la trisomie 21. Il sert à dépister les femmes ayant un risque élevé d’avoir un enfant trisomique 21 (« mongolisme »). Il conduit ainsi à repérer environ 60 % des cas de trisomie 21.

 

Maturation cervicale : processus de modification du col en fin de grossesse ou en début de travail. Des produits pharmaceutiques peuvent être utilisés pour provoquer la maturation artificielle du col et déclencher le travail (quand le travail ne se déclenche pas seul à la date prévu de l’accouchement ou en cas de grossesse pathologique).

Méconium : 1ère selle du , de couleur vert foncé, presque noir et gluante. Il est émis, en général, dans les 48 premières heures de vie.

Menace d’accouchement prématuré (MAP) : une  qui présente une MAP est une femme qui risque d’accoucher d’un  prématuré (entre 22 SA et 37 SA). Elle a des contractions utérines qui modifient son col. Cela peut nécessiter un traitement pour arrêter les contractions et parfois une hospitalisation.

 

Métrorragie : perte de sang rouge pendant la grossesse (ou en dehors des règles chez une femme non enceinte).

 

MFIU (Mort Fœtale In Utero) : décès du  pendant la grossesse. C’est un évènement rare mais souvent totalement imprévisible.

 

Monitoring (ou monitorage) du Rythme Cardiaque Fœtal : appareil de surveillance pendant la grossesse. Il possède 2 capteurs :

-          1 pour enregistrer les contractions utérines éventuelles

-          1 pour enregistrer le cœur du 

C’est un examen indolore, les 2 capteurs sont placés sur le ventre de la .

 

Mort subite du nourrisson (MSN): décès brutal et inattendu d'un bébé, le plus souvent de moins de 6 mois, considéré jusque là comme parfaitement bien portant. Le couchage des bébés sur le dos sans couette ni oreiller, à température modérée (18°-19°C) a permis d’en réduire le nombre. Le tabagisme pendant la grossesse, même modéré est un facteur de risque.

 

Mycose : infection (cf. Candida Albicans) se manifeste par des démangeaisons, des pertes blanches assez abondantes et épaisses. Son traitement est simple ; il consiste le plus souvent en des ovules intra-vaginaux et des toilettes intimes avec des savons à pH basique.

 

 

 

-  O  -

 

Oedème des membres inférieurs : les œdèmes des membres inférieurs (OMI) sont fréquents. Ils correspondent à un état d'hyperhydratation cellulaire. On constate un gonflement (augmentation de volume) d'une partie ou de la totalité des membres inférieurs (jambes).

 

Oligoamnios : liquide amniotique présent en trop petite quantité (inférieure à la normale).

 

O’Sullivan : test de dépistage du diabète gestationnel (pouvant apparaître durant la grossesse). Comporte 3 étapes :

1)    ingestion d’une solution de 50g de glucose (sucre), par la bouche (inutile d’être à jeun),

2)    puis réalisation d’une prise de sang, une heure après l’ingestion de la solution sucrée.

Valeurs normales : à 1 heure : <1,30g /dl

Si le test montre un taux de sucre trop élevé, il faut réaliser un second examen avant d’affirmer un diagnostic de diabète gestationnel : l’HGPO (cf. Hyperglycémie Provoquée par Voie Orale).

 

Oubli de pilule contraceptive (conduite à tenir):

            En cas de prise d’une pilule contraceptive progestative type Cérazette :

si l’oubli est constaté dans les 12 heures qui suivent l’heure habituelle de prise ; prendre la dernière pilule oubliée et continuer les comprimés restants à l’heure habituelle.

Si l’oubli est constaté plus de 12 heures après l’heure normale de la prise : prendre la dernière pilule oubliée et continuer la prise des comprimés suivants à l’heure habituelle même si cela peut conduire à la prise de 2 comprimés en même temps. De plus, une autre méthode contraceptive devra être associée pendant au moins 7 jours (préservatifs, …).

Si l’oubli a plus de 12 heures après l’heure habituelle de la prise et que des rapports sexuels ont eu lieu dans les 7 jours précédents l’oubli, contacter un médecin ou une pharmacienne pour prendre en plus de votre pilule habituelle, une pilule du lendemain.

 

            En cas de micro pilule progestative :

si oubli de moins de 3 heures prendre immédiatement le comprimé oublié et poursuivre le traitement à l’heure habituelle.

Si oubli de plus de 3 heures, prendre le comprimé oublié, poursuivre le traitement à l’heure habituelle, même si 2 comprimés doivent être pris le même jour ; en cas de rapport sexuel dans les 7 jours suivants utiliser simultanément une autre méthode contraceptive non hormonale (préservatif…) ;

si un rapport a eu lieu dans les 5 jours précédant l’oubli ou si l’oubli concerne 2 comprimés, contacter un médecin ou un pharmacien pour une contraception d’urgence par pilule de lendemain.

 

En cas de prise d’une pilule oestro-progestative :

si l’oubli est constaté dans les 12 heures qui suivent l’heure habituelle de prise ; prendre la dernière pilule oubliée et continuer les comprimés restants à l’heure habituelle, même si 2 comprimés doivent être pris le même jour.

Si l’oubli est constaté plus de 12 heures après l’heure normale de la prise : prendre la dernière pilule oubliée et continuer la prise des comprimés suivants à l’heure habituelle même si cela peut conduire à la prise de 2 comprimés en même temps ; en cas de rapport sexuel dans les 7 jours suivants, utiliser simultanément une autre méthode de contraception non hormonale (préservatif…).

Si la période de sécurité de 7 jours avec préservatifs s’étend au-delà du dernier comprimé actif de la plaquette en cours, supprimer l’intervalle libre et démarrer la plaquette suivante le jour suivant la prise du dernier comprimé actif.

Si un rapport sexuel a eu lieu dans les 5 jours précédant l’oubli ou si l’oubli concerne au moins 2 comprimés, contacter un médecin ou un pharmacien pour une pilule du lendemain.

 

 

 

-  P  -

 

Partogramme : document, élément du dossier médical, permettant de résumer le travail d’accouchement jusqu’à la naissance du  (médicaments, évolution du travail…).

 

Patch contraceptif : contraception consistant en un dispositif transdermique comportant un œstro-progestatif qui est appliqué sur la peau pendant 3 semaines (1 patch par semaine) ; puis arrêt d’une semaine. Les patchs permettent une contraception efficace.

 

Périnée : ensemble des nombreux muscles qui ferment la partie basse du bassin osseux. Ils forment une sorte de « hamac » qui soutient les organes situés au niveau du bassin. L’urètre, l’anus et le rectum, et le vagin traversent ce « plancher pelvien ».

 

Phlébite : formation d’un caillot de sang dans une veine. Elle s’accompagne d’inflammation. Ce caillot bloquera complètement ou partiellement la circulation sanguine dans la veine. Chez la majorité des gens, la phlébite se forme dans une veine des jambes. Pour prévenir ces phlébites, un traitement par anticoagulant peut être administré à toute personne lors d’une intervention chirurgicale (comme la césarienne).

 

Pilule contraceptive : moyen de contraception féminine. Les pilules contiennent des hormones qui permettent de bloquer l’ovulation de la femme. Il existe de nombreuses pilules différentes (variant par leur concentration, répartition en hormones…). Elle est délivrée seulement sur présentation d’une ordonnance en pharmacie (voir patch contraceptif, anneau vaginal, implant).

 

Pilule du lendemain : en l’absence de contraception ou en cas d’oubli de certains comprimés de sa plaquette de pilule. La prise d’une pilule du lendemain peut éviter une grossesse non désirée. Elle doit être utilisé dans les 72 heures au maximum après un rapport sexuel non protégé. Cette pilule, ne peut en aucun cas être considérée comme un moyen de contraception de routine (cf. oubli de comprimé d’une plaquette de pilule).

Placenta : C'est une masse de chair ayant l'apparence d'une éponge et contenant de nombreux vaisseaux par lesquels transite le sang maternel. Le sang fœtal, sans jamais s'y mélanger, y parvient par l'intermédiaire du cordon ombilical. Il assure tous les échanges entre la  et son  . C'est une véritable plate-forme vitale. Il sera expulsé naturellement environ dans la demi-heure suivant la naissance. C'est ce qu'on nomme la "délivrance".

Placenta prævia : localisation anormale du placenta. Il se situe en bas de l’utérus (normalement, il est inséré dans le fond de l'utérus) et recouvre parfois totalement l’orifice interne du col de l’utérus. Il peut alors être responsable d'hémorragies sévères au cours du troisième trimestre de la grossesse. Différents termes qualifient sa position en fonction de la distance qui le sépare de l’orifice interne du col (latéral, marginal, recouvrant, partiellement recouvrant…). Un placenta praevia peut empêcher la naissance du bébé par voie basse.

 

Post partum : période allant de l’accouchement jusqu’au retour de couche (retour des règles) vers 1 mois ou plus selon si un allaitement maternel a été instauré ou non.

 

Prélèvement vaginal : Il consiste à prélever des sécrétions présentes dans le vagin ou dans le col (grâce à une sorte de coton tige). Il permet la recherche de germes qui pourraient être responsables d’infections. En fin de grossesse, la bactérie recherchée est surtout le streptocoque B.

 

Préparation à l’accouchement et à la parentalité : durant la grossesse, les  ont la possibilité de participer à de la préparation, soit individuellement, soit en groupe de . Ces séances peuvent être de la piscine, du yoga, du chant prénatal, de la sophrologie, etc…(selon le lieu). Leur but est que la  se détende et entre en contact avec son bébé. Il existe aussi la préparation dite « classique » qui consiste en des séances d’information où les  posent toutes les questions qu’elles veulent, les sages-femmes s’appliquent à aborder tous les sujets (accouchement, soins de …).

 

Pré-éclampsie : complication possible de la grossesse associant l’apparition d’une hypertension artérielle après 20 SA et des protéines dans les urines (détectées à la bandelette urinaire). C’est une pathologie pouvant être grave pour la mère et/ou l’enfant (cf. HTA).

 

Présentation du siège : position du bébé « fesses en bas » dans l’utérus. Le bébé est « assis » au niveau du bassin maternel. S’il est assis totalement, en tailleur, on parle de siège complet. Si ses jambes sont tendues ou remontées devant son ventre, c’est un siège décomplété.

 

Préservatif : moyen de contraception locale. C’est un étui mince et souple en latex. Le préservatif masculin est placé sur le pénis, il est imperméable au sang ainsi qu'aux sécrétions du vagin. Le préservatif, correctement utilisé lors des relations sexuelles, est le seul contraceptif qui protège des maladies et infections sexuellement transmissibles (MST et IST). Il existe 2 types de préservatifs : le préservatif masculin et le préservatif féminin.

 

Prématurité : naissance du  avant le terme prévu de la grossesse. Un  est considéré comme prématuré s’il naît avant 37 semaines d’aménorrhée révolues.

 

Procidence du cordon : passage du cordon devant la tête du bébé durant l’accouchement, une fois la poche des eaux rompue. Sa compression entre la tête du bébé et le bassin de la mère peut entraîner une souffrance fœtale.

 

Pollakiurie : fréquence exagérée de mictions urinaires peu abondantes.

 

Pyrosis : sensation de brûlure remontant de l’estomac à la gorge, due à une remontée de liquide gastrique acide.

 

Protection Maternelle et Infantile (PMI) : service dépendant des Conseils Généraux ayant des missions de prévention en direction des familles (femmes enceintes, enfants de moins de 6 ans).

 

 

 

-  R  -

 

Rachianesthésie : anesthésie locorégionale. Elle est mise en place dans le dos, comme l’analgésie péridurale. La seule différence réside dans le fait que, pour la rachianesthésie, l’administration du produit anesthésiant est faite en une seule injection (alors que dans la péridurale, un cathéter reste en place pour délivrer du produit anesthésiant en continu). Son action est donc limitée dans le temps. Elle est souvent réalisée lors de césariennes programmées ou d’anesthésie tardive pendant le travail d’accouchement. La maman reste éveillée et le bébé n’est pas endormi.

 

Reconnaissance anticipée : la reconnaissance d’un enfant permet d’établir une filiation.

La démarche de reconnaissance est automatique pour les couples mariés. Si les parents ne sont pas mariés, cette reconnaissance peut être anticipée, c’est-à-dire qu’elle peut se faire au cours de la grossesse. Il faut, pour cela, s’adresser à l’officier d’état civil de la mairie de son domicile. Se présenter avec une pièce d’identité et faire une déclaration à l’état civil : l’acte de reconnaissance est rédigé immédiatement par l’officier d’état civil et signé par le demandant. L’officier d’état civil remet une copie de l’acte de reconnaissance que l’on donne lors de la déclaration de naissance.

 

Rééducation périnéale : 10 séances de rééducation peuvent être remboursées par la Sécurité Sociale après un accouchement. Réalisées par une sage-femme ou un kinésithérapeute formé, leur but est de remuscler les muscles du périnée. Cette rééducation évite à long ou moyen terme des fuites d’urines, et des descentes d’organes (prolapsus). La technique est simple ; il existe des rééducations manuelles (exercices à partir de touchers vaginaux) ou avec des sondes ou par stimulations électriques (c’est l’électrostimulation). La nécessité d’une rééducation du périnée est appréciée lors de la visite post-natale.

 

Réseau de santé périnatale : réseau « ville-hôpital », qui promeut l’amélioration de la qualité de la prise en charge des femmes enceintes et de leurs enfants. Il assure la continuité et la coordination des soins entre tous les professionnels de santé (ville, clinique, hôpital…). Il contribue à améliorer la circulation des informations entre professionnels, pour que les patients puissent bénéficier d’une prise en charge de qualité sans rupture de suivi.

 

Retard de croissance intra utérin (ou RCIU) : complication de la grossesse définie par une croissance insuffisante du fœtus (par comparaison à des courbes de croissance). Le RCIU est défini par une croissance inférieure au 3e percentile, c’est-à-dire un fœtus appartenant au 3 % des fœtus les plus petits comparé aux normes du même âge.

 

Révision utérine : examen réalisé après la délivrance lorsque survient une hémorragie importante. En effet, l’hémorragie peut être due à un morceau de placenta ou des membranes restés dans l’utérus après la délivrance du placenta.

 

Rhésus : système antigénique présent sur les globules rouges. Des précautions de prise en charge sont proposées aux femmes Rhésus négatif lorsque le père du bébé est Rhésus positif (recherche d’agglutinines irrégulières, injection de gamma-globulines en préventif au 7ème mois de grossesse, etc.).

 

Rachianesthésie : anesthésie locorégionale. Elle a la même action que la péridurale. La différence réside dans le fait que, pour la rachianesthésie, l’administration du produit anesthésiant est faite en une seule injection (alors que dans la péridurale, un cathéter reste en place pour délivrer du produit anesthésiant en continu). Son action est d


Rupture prématurée de la poche des eaux : rupture de la poche des eaux avant le début du travail d’accouchement.

 

Rupture artificielle des membranes : rupture de la poche des eaux par un professionnel durant le travail d’accouchement. S’effectue grâce à un petit instrument avec un tout petit « crochet » au bout. Est souvent réalisée pour que le travail d’accouchement avance plus vite.

 

Rythme cardiaque fœtal : les battements du cœur du  sont analysés par le monitoring (cf. monitoring). Il existe de nombreux critères pour affirmer que le  va bien sur le tracé de l’enregistrement. Il faut savoir que les  ont un rythme du cœur plus rapide que les adultes : de 120 à 160 battements par minutes.

 

 

 

-  S  -

 

Score d’Apgar : score pédiatrique universel permettant de coter le bien-être du  à la naissance. Plusieurs items (tonus, respiration, activité cardiaque, réflexes, couleur) sont notés de 0 à 2 selon leur intensité. Le score d’Apgar va alors de 0 à 10. Il est évalué par les professionnels de santé à 1, 5 et 10 minutes et figure dans le carnet de santé.

 

Segment inférieur : élément anatomique déterminé lors du toucher vaginal pendant la grossesse. Il représente la partie inférieure de l’utérus, entre le col et le corps utérin. Ainsi, il est qualifié d’amplié, de formé, en fonction de la position plus ou moins basse du  dans le ventre.

 

Sein (anatomie) : Le sein est un organe pair et globuleux situé en avant et en haut du thorax. Il contient la glande mammaire (qui se développe au moment de la puberté) noyée dans du tissu graisseux.

L'aréole est la zone de coloration rougeâtre et de forme circulaire située autour du mamelon.
Le mamelon est la saillie, l'éminence en forme de cône qui constitue la pointe du sein.

 

Semaines d’aménorrhée : semaines sans règles ou nombre de jours écoulés depuis le premier jour des dernières règles. Sert à comptabiliser la durée de la grossesse et l’âge du fœtus.

 

Sondage urinaire : acte médical permettant de vider la vessie à l’aide d’une sonde, en silicone. Au moment de l’accouchement, un sondage est fréquemment réalisé : la sonde est laissée juste le temps de vider la vessie. Pour les interventions comme la césarienne, une sonde reliée à une poche est mise en place et laissée plus longtemps.

 

Spéculum : outil gynécologique qui, placé dans le vagin, permet l’examen du col et la réalisation de test comme le frottis cervico-vaginal ou la recherche d’une rupture de la poche des eaux. Il est en métal ou en plastic.

 

https://www.auvergne-perinat.org/pls/AGDF_IMG/docs/3272

 

Stérilet (DIU) : petit objet de forme variable (souvent en forme de T), en plastique avec du cuivre qui est introduit dans l’utérus. Il empêche l’implantation de l'œuf dans la muqueuse utérine. Il est mis en place par le médecin généraliste ou le gynécologue généralement pendant les 1ers jours des règles. Il peut être gardé de 3 à 5 ans selon les types de stérilets. Des fils accrochés au stérilet sortent par le col de l’utérus dans le vagin, ces fils serviront à retirer le stérilet de l’utérus. Ces fils ne gênent pas le partenaire pendant les rapports sexuels. Il existe aussi un stérilet à la progestérone qui entraîne une atrophie de la muqueuse utérine.

Le stérilet ne protège pas des infections sexuellement transmises.

 

https://www.auvergne-perinat.org/pls/AGDF_IMG/docs/3273

 

Streptocoque B : Bactérie qui peut être présente dans le vagin et le rectum. Cependant, pendant l’accouchement notamment, elle peut représenter un danger pour le bébé (risque d’infection…). C’est pourquoi un prélèvement vaginal de dépistage est effectué aux  pendant le 3ème trimestre de grossesse. Si le prélèvement révèle la présence de cette bactérie, on instaurera un traitement par antibiotique préventif durant le travail d’accouchement pour essayer de protéger l’enfant.

 

Syphilis : infection bactérienne transmise par contact sexuel avec une personne infectée. Bien que les premiers symptômes disparaissent tout seuls, la bactérie de la syphilis reste dans l'organisme si l'infection n'est pas traitée. C‘est une infection très grave aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Elle se propage dans tout le corps. La mère peut transmettre la syphilis à son enfant avant la naissance, donnant lieu à une syphilis congénitale qui peut entraîner une prématurité ou bien encore une mort fœtale in utero ou un décès après la naissance. Elle peut n’atteindre que certains organes de l’enfant (yeux, etc). Il est obligatoire de dépister la syphilis pendant la grossesse.

 

 

 

-  T  -

 

Terme : grossesse arrivant entre 37 et 42 SA dans l’espèce humaine.

 

Toucher vaginal : examen consistant à introduire 2 doigts dans le vagin. Il permet d’évaluer l’état du col utérin (dilatation, longueur, consistance, position). C’est un examen utile pendant la grossesse et encore plus durant le travail d’accouchement.

Toxoplasmose : maladie parasitaire, le plus souvent bénigne dans l’espèce humaine, sauf chez la  qui n’aura pas été immunisée auparavant et chez laquelle les conséquences sur le  peuvent être graves. Une prise de sang, ou sérologie, réalisée en début de grossesse permettra de le vérifier et des conseils d’hygiéno-diététiques sont donnés aux  non immunisées.

 

Tranchées : douleurs abdominales ressenties après l’accouchement. Elles correspondent à la contraction de l’utérus qui se rétracte pour reprendre sa place et la taille qu’il avait avant la grossesse.

 

Trisomie 21 : cause fréquente de retard mental d’origine chromosomique, chez l'enfant. Elle est due à la présence d'un chromosome supplémentaire (3 chromosomes 21 au lieu de 2). On parle aussi de « mongolisme » (ancien terme).

 

 

 

-  U  -

 

Utérus : organe génital féminin, localisé dans le bas du ventre. C’est dans cet organe que se développe le  durant la grossesse.

 

 

Utérus cicatriciel : utérus ayant déjà subi une intervention chirurgicale (« une cicatrice »), le plus souvent une césarienne, ce qui le fragilise.

 

 

Utérus gravide : utérus contenant une grossesse.

 

 

 

- V -

 

Version par manœuvre externe : manœuvre réalisée par le médecin lorsque le  est en position du siège. Le but est de retourner le  pour qu’il soit en position « tête en bas » pour l’accouchement.

 

 

Varice : dilatation permanente d’une veine superficielle, ce qui gêne le retour du sang vers le cœur. La grossesse est l’épreuve la plus difficile pour le système veineux. C’est souvent à ce moment que les premiers symptômes ou les premières varices apparaissent sur les jambes.

 

Vergetures : petites raies, lignes cutanées, d’abord rouges pendant la grossesse puis blanches nacrées à distance, ayant un aspect pseudo-cicatriciel, qui sillonnent la peau soumise à une distension importante. Ces lésions sont préférentiellement sur le ventre parfois cuisses ou les seins. Elles peuvent être prurigineuses au début. Elles ne disparaissent pas mais deviennent moins visibles lorsqu’elles blanchissent. Il est utile pour les prévenir d’éviter les variations importantes de poids et de bien hydrater la peau avec des crèmes.

 

Vernix : substance blanche et grasse recouvrant le  à la naissance.

 

Visite post natale : visite à effectuer par un médecin ou une sage-femme, 6 à 8 semaines après la naissance. Elle consiste à faire le point sur le plan gynécologique, à adopter une nouvelle contraception et à évaluer la nécessité d’une rééducation du périnée…

 

Ventouse : instrument permettant lors de l’accouchement, la flexion de la tête du  et la descente dans le bassin. Une petite cupule est placée sur la tête du  et ainsi l’obstétricien aide la maman qui pousse pour faire descendre le  et le faire naître.

 

 

 

Vulve : ensemble des parties extérieures de l'appareil génital féminin, constituées du mont de vénus, des grandes et des petites lèvres, du clitoris et des organes érectiles, du vestibule qui contient le méat urétral, l'orifice externe du vagin et les glandes vulvaires.